Réduction d’impôts et don

Quel rôle joue l’incitation fiscale, la promesse d’une réduction d’impôts, dans le déclenchement du don et plus largement dans la fidélité des donateurs à une cause ? Une question que tous les Fundraisers se posent et pour laquelle,  Arthur Gautier, Executive Director & Research Fellow à la Chaire de Philanthropie d’ESSEC Business School, nous livre une analyse très interessante.

Elle est à découvrir en cliquant ici.

 

GIVING TUESDAY débarque en France !

Le Giving Tuesday a été créé en 2012 aux Etats Unis. Cette journée a lieu le 27 novembre soit au lendemain  du Black Friday et du Cyber Monday. Elle célèbre le don en contrepoids de ces 2 journées qui favorisent la consommation. Elle donne lieu aux Etats Unis, mais aussi dans de plus en plus de pays à travers le monde,  à de nombreux évènements favorisant et célébrant la générosité et la philanthropie.

Le 27 novembre 2018 verra la 1ère édition de cette journée pour la France sous l’impulsion de l’Association Française des Fundraisers qui a dévoilé la semaine dernière le logo de l’évènement.

Joignez-vous au mouvement en imaginant votre évènement Giving Tuesday  pour favoriser et développer la collecte de fonds privés en France !

En savoir plus : ici et là…

Entreprises et intérêt général

62 % des Français estiment que les entreprises devraient intervenir davantage sur des sujets d’intérêt général, à l’inverse ils ne sont que 24 % à penser qu’elles n’ont pas de rôle majeur à jouer à ce sujet. Plus largement 74 % des Français pensent que l’intérêt général doit faire partie du rôle de l’entreprise. 75 % considèrent même que la prise en compte de l’intérêt général par l’entreprise est un critère de choix pour aller travailler dans une entreprise.

C’est ce qui ressort d’une étude Viavoice pour Klesia.

Plus d’informations en cliquant ici…

 

 

Panorama national des générosités

L’observatoire de la philanthropie de la Fondation de France vient de publier un « panorama national des générosités ». La collecte globale en France y est estimée à 7,5 milliards d’euros en 2015. Ce chiffre qui rassemble les dons des entreprises, ceux des particuliers, y compris les legs, se veut prudent et peut être considéré comme un minimum puisque tout un segment de collecte reste difficile à évaluer : dons aux organisations cultuelles hors christianisme ; collectes des écoles ; volume des dons des particuliers éligibles à déduction fiscale mais non déclarés, etc

La synthèse du Panorama en cliquant ici…

Quel avenir pour les grands donateurs ?

Avec la transformation de l’ISF en IFI, beaucoup d’interrogations se posent aux organisations qui bénéficient des dons sur ISF.

France Générosités et Oktos viennent de publier une étude riche d’enseignements sur le comportement des dits « grands donateurs », c’est à dire des 1% plus gros donateurs des associations et fondations. On y découvre qu’ils sont plus riches, plus urbains, plus âgés mais aussi plus masculins que l’ensemble des donateurs. Leur don déductible de l’ISF vient s’ajouter à leurs autres dons déductibles de l’Impôt sur le Revenu et est en moyenne de 5000 €, soit 3 fois plus que la moyenne de leurs autres dons.

L’étude montre également que ces donateurs soutiennent de longue date une association avant d’en devenir un « grand donateur ».

2018 sera décisive pour les organisations qui peuvent faire bénéficier leurs donateurs de l’avantage ISF : l’élimination des patrimoines financiers du nouvel impôt va faire fondre ou supprimera les possibilités de déduction de cette population qui a en moyenne environ 50% de son patrimoine en placements.

les résultats de l’étude en détail ici…

Les Français et le mécénat

L’Admical vient de publier une très intéressante étude sur la perception qu’ont les français du mécénat. On y découvre que 81 % des français en a déjà entendu parler et que 72 % pense que le mécénat est complémentaire de l’action des pouvoirs publics pour des actions d’intérêt général.

La santé, la solidarité sociale et la protection de l’environnement sont les 3 domaines jugés prioritaires à soutenir. Enfin 84 % des personnes interrogées ont une bonne image des entreprises mécènes, un argument donc pour convaincre les entreprises de donner ! Les résultats complets de cette étude sont disponibles en cliquant ici.

Associations et réseaux sociaux

Une intéressante étude réalisée par Harris Interactive, pour Communication Sans Frontières et Facebook a été publiée début juillet à l’occasion du premier Sommet Social Good de Facebook France. Elle montre l’intérêt réel qu’ont les associations à être présentes sur les réseaux sociaux en terme de communication.

Près d’un tiers des internautes suivent les pages des associations sur les réseaux sociaux et un sur 2 relaient des actualités postées par les associations, un vecteur non négligeable de communication pour la cause. Etre présent sur les réseaux sociaux est même devenu un gage de confiance, un élément de transparence, pour l’association, selon les personnes interrogées.

Par contre le pas n’est pas encore franchi pour faire des réseaux sociaux un outil de collecte de fonds : à peine une personne interrogée sur 5 est prête à effectuer un don par ce biais.

Les résultats de l’étude en cliquant ici…

 

Le don de la discorde

En Espagne le fondateur de ZARA vient de faire un don de 320 millions d’euros en faveur de la recherche contre le cancer. Un don qui a suscité une vive polémique : salué d’un côté par des associations de médecins ou de recherche contre le cancer qui soulignent les besoins immenses auxquels le don permet de faire face, critiqué de l’autre par certains partis politiques ou associations de défense des services publics pour qui la générosité privée ne doit pas se substituer aux impôts pour financer la santé publique.

La question mérite d’être posée. Les patients eux ont plutôt pris le parti du pragmatisme et certains ont pris position pour remercier le généreux donateur…

En savoir plus 

et ici aussi..

 

L’Epargne solidaire progresse

1,3 milliard d’euros ont été épargnés en 2016 sur des produits à vocation sociale et environnementale, ce qui fait que l’encours total d’épargne solidaire approche les 10 millions d’euros (9,76 millions). C’est un signe encourageant même si cela ne représente encore que 0,21 % du patrimoine financier des ménages. Finansol,
l’association qui attribue un label à 140 produits financiers sélectionnés sur des critères de transparence et de solidarité, publie aujourd’hui, en partenariat avec La Croix, son baromètre annuel de la finance solidaire.
Les principaux enseignements ici…
Le dossier complet là…

L’avantage fiscal en question

Le 10 mai dernier, Marianne publiait une intéressante enquête du journaliste économique Emmanuel Levy intitulée « les dérives du mécénat façon grand luxe de la Fondation Louis Vuitton ». Le groupe LVMH aurait fait pesé près de 80 % du coût de construction du bâtiment qui abrite la Fondation d’entreprise Louis Vuitton sur l’état via l’avantage fiscal lié au don. L’enquête révèle également une certaine opacité sur les comptes de la Fondation et soulève la question d’une plus grande transparence dans l’utilisation de la niche fiscale du mécénat.

L’enquête fait écho à la tribune publiée dans Le Monde par Jean-Michel Tobelem, professeur associé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste du mécénat en octobre 2014 au moment de l’inauguration en grande pompe de ladite Fondation. La tribune en cliquant ici…